JEUDI 18 MAI / NONTRON

  • 20h30 : Projection du documentaire "Massilia Sound System - Le film"
    suivi d'un échange avec les musiciens de Massilia et de Moussu T e lei Jovents
 

jeudi 18 mai à 20h30 / Cinéma Espace Louis Delluc / Nontron
Tarifs habituels de la salle

Projection du documentaire de Christian Philibert suivie d'une rencontre avec les musiciens de Massilia et Moussu T e Lei Jovents.


En 1984, un groupe de reggae français d’expression occitane est fondé dans la cité phocéenne. Baptisé Massilia Sound System, le groupe s’inspire des sonorités traditionnelles et se nourrit des thèses régionalistes de Félix Castan, un « anti-centraliste » convaincu.
Les Massilia - comme ils se nomment - organisent leurs premières soirées musicales dans les quartiers populaires de Marseille. Une légende est en train de naître.
Depuis, le groupe chante l'amitié, l'amour, la fête, sa ville, mais aussi ses colères et ses luttes en embrasant les scènes où ils se produisent.
Connu pour avoir su développer dès sa création une version provençale du reggae jamaïcain à travers des thèmes typiquement marseillais, des paroles chantées en occitan et d'un son empreint de sonorités folkloriques, le groupe Massilia Sound System s'est ouvert par la suite à de nouvelles sonorités, dont des sonorités indiennes, électroniques, drum'n'bass, et plus récemment rock.
Chantant en français et en occitan, le groupe utilise ces deux atouts comme autant de multiples possibilités.
La langue d’oc, presque millénaire, est pratiquée non comme un enfermement régionaliste, mais comme un véritable espace de liberté, un outil de création aux possibilités infinies, tout comme l’est la musique reggae.
Le groupe va inventer des « riddims », sortes de joutes vocales scandées au son des machines. Il fête ses 30 ans de carrière entre 2014 et 2015 et affiche complet dans toutes les salles.

A l'occasion de cet anniversaire, le réalisateur Christian Philibert se lance dans le tournage d’un nouveau long-métrage, un documentaire musical consacré au groupe. C'est grâce aux réseaux sociaux et aux financements participatifs que film a pu voir le jour. Mêlant interviews, archives, concerts filmés et moments de vie partagés en intimité avec la caméra, ce long-métrage documentaire tire le portrait d’un groupe encore bien vivant.